PROLEGOMENES A LA REPONSE AU TEXTE DE SHABAZZ SUR : L’ISLAM, L’ESCLAVAGE ET L’AFROCENTRICITE


INTRODUCTION A LA REPONSE AU TEXTE DE SHABAZZ SUR L’ISLAM, L’ESCLAVAGE, ET L’AFROCENTRICITE

Par

JP KAYA

Au cours de la période actuelle, celle qui précède et prépare la Renaissance Africaine, et l’édification d’un Etat Fédéral d’Afrique Noire, les leaders et les intellectuels kamites ne doivent pas se contenter d’être des Serviteurs de la Maât, mais ils doivent aussi s’imposer la mission d’être ses défenseurs. Chaque mot et chaque phrase qu’ils écrivent, la moindre parole qu’ils prononcent les engage, et ils seront jugés sur le sens et le contenu qu’ils leur auront donné. Comme le défunt devant le Tribunal d’Osiris, dans la Salle des Deux Maât, ils doivent se préparer par avance à rendre des comptes à la déesse de la VERITE et de la JUSTICE; la MAAT. En effet le moment est grave. Nul n’a le droit d’hésiter, de tergiverser. Il faut choisir son camp.

1-Car, la communauté africaine actuelle s’est scindée en deux vastes camps ennemis. D’un côté nous avons un camp formé par les chercheurs kamites répondant à l’étiquette d’afrocenntriste, qui s’est cristallisée autour de l’héritage intellectuel et moral de C.A DIOP et de Théophile OBENGA auxquels s’ajoutent l’immense majorité d’ afro-descendants.

Qu’est ce que l’afrocentricité ? Si les antécedants épistémologiques de ce concept remontent au moins à Martin DELANEY (1812-1855, cf. “Origins of races and color”) il fut néanmoins élaboré au XXè Siècle aux USA par le Professeur MOLEFI KETE ASANTE, celui-ci affirme que C.A DIOP en est le théoricien exemplaire et emblématique. En effet dans “Nations Nègres et Culture,” il expose dans un texte d’une extrême rigueur scientifique, la falscification de l’histoire africaine par l’impérialisme occidental dans le but de mener à bien l’oeuvre de la colonisation, et de la domination néo-coloniale.

Après le colloque du Caire de 1974, organisé par l’UNESCO, où C.A DIOP en compagnie de Théophile OBENGA affrontèrent sur la question de l’origine kamite de la civilisation égyptienne une clique de savants occidentaux soudés par des convictions idéologiques pétrifiées, la victoire de C.A DIOP, imposa alors sur le plan intellectuel le concept d’afrocentricité, que les africanistes réactionnaires s’empressèrent de rebaptiser en lui donnant un contenu péjoratif: afrocentrisme (cf. FAUVELLE-AYMAR sous la dir; “Afrocentrismes. L’histoire des Africains entre Egypte et Amérique”; Karthala, Paris, 2010, 3è éd. 406p.

Comment définir l’afrocentricité? C’est d’abord une prise de conscience de l’héritage historique et culturel de l’Afrique, qui a été depuis 2000 ans systématiquement agressé par les Traites Négrières, et les colonisations Arabe et Occidentale. C’est ensuite la volonté de réhabiliter ce patrimoine pour reconstruire l’identité et la personnalité kamites. Enfin, il s’agit après avoir évalué sa valeur intrinsèque qui se reflète à travers la MAAT, la pensée et l’idéologie de la société kamite, de décider de construire la nouvelle société africaine sur la base des valeurs véhiculées par la MAAT, et qui detiennent la réponse à la crise non seulement de la société postcoloniale, mais aussi de la civilisation mondiale elle même. Il est très clair donc que les afrocentristes défendent de façon militante depuis C.A DIOP et après lui OBENGA, non seulement les valeurs kamites, mais aussi la volonté de reconstruire l’Afrique sur la base de ces valeurs, dont la MAAT est la synthèse emblématique.

2-Dans ces conditions, comme le faisait remarquer un militant afrocentrsite dans un débat opposant les Afrocentristes aux Anti-kamites, “toute personne, comme Grégoire BIYOGO qui croit qu’il suffit de créer un Institut C.A DIOP, pour être qualifié de diopiste alors qu’il est manifestement le plus grand traitre à l’héritage de C.A DIOP, n’engage que lui même”.

Or, Face au camp afrocentriste, s’est formé un camp anti-kamite, que représente de façon dérisoire l’Institut SHABABAZZ d’Afrothérapie et le MAP. L’Institut Shabazz apparaît ainsi comme l’instrument idéologique du MAP, qui sert à diffuser sa propagande anti-kamite. Tous les écrits de cet Institut dont avons déjà montré le caractère sectaire sont dirigés contre les afrocentristes. Chacun peut aussi remarquer le flou artistique et épistémologique dans lequel les membres de ce mouvement essaient de noyer les Africains qui veulent bien leur accorder un peu d’attention. Ils choisissent tous des sobriquets et des pseudos kamites: comme Taheruka, ou Shem-shou, en passant par les noms des divinités ou des Rois kamites, etc. alors que leurs discours n’ont qu’une seule intention: décrier l’histoire ridiculiser la culture africaines. Leur cas ferait le bonheur d’un psychiatre. Car ils s’acharnent à insulter et à dénigrer l’Afrique en public, tout en cherchant a conserver des liens privés avec elle. C’est la problématique des “Peaux Noires et Masques Blancs”, et inversement.

3-Un long débat a opposé le camp afrocentriste aux anti-kamites au mois de Septembre 2012 sur la Traite et l’esclavage arabes contre l’Afrique. Ceux qui ont suivi ce débat se sont rendus compte, à quel point, l’esprit de nos contradicteurs était totalement faussé, aliéné et emprisonné dans l’auto-aliéanation. Prenons un seul fait. Le traité (BAQT) signé en 652 par les Négriers Arabes et les Nubiens, avait été conservé et transmis à la postérité par MARQIZI, un historien Arabe-Egyptien. Tous les historiens le savent, mais Tahéruka Shabazz, dans le but d’absoudre les Négriers Arabes de leurs crimes, a décidé d’excommunier MARQIZI, en dévéloppant une énergie colossale pour le discréditer, et le faire passer pour un faussaire et un traitre. C’est étonant. Qu’est ce qui explique cette attitude ? C’est parce MARQIZI était Arabe et aurait dû garder le silence sur cette affaire, or qu’a-t-il fait ce Con ? Il a commis le crime impardonnable d’informer la postérité sur les débuts mêmes de la Traite Négrière Arabe. Il a donc posé les bases de la culpabilité des Arabes en conservant un document historique qui les désignent comme les premiers Négriers de l’Histoire. Pour cela il devait être puni. Peut-on être un Nègre plus Con et plus aliéné que ça ? Mais il est vrai, Shabazz et sa clique se considèrent comme des Négro-Arabes.

4-Les ressorts épistémologiques de cette attitude contemporaine défendus par l’Institut Shabazz et le MAP, contre l’Ecole Afrocentriste, évoquent et se superposent curieusement à l’opposition entre l’Afrocentricité et la Négritude (Senghorienne), du vivant de C.A DIOP lui même. On se rappelle que pour Senghor la Raison était Hellene (occidentale) alors que l’émotion était Nègre. Sur cette base sa philosophie débouchait sur le métissage culturel. Car au fond il n’avait pas confiance dans le potentiel mental du Nègre. Or c’est très exactement ce que pensait également Arthur GOBINEAU l’imonde théoricien de l’inégalité raciale. C’est aussi soit dit en passant le fondement de l’idéologie hamitique (à ne pas confondre avec kamitique) qui fonde le racisme anti-Noir.

Shabazz dit clairement à ce propos, que le but de sa secte est d’islamiser, puis d’arabiser l’Afrique. Il rejoint ainsi ses associés du MAP qui veulent créer les Etats Unis d’Afrique sur la base du projet légué par Feu KHADAFI. Mais comment envisager de créer une telle puissance politique avec un peuple qui d’après les études actuelles détient encore 2 millions d’esclaves Noirs ? (Cf. CHEBEL MALEK). Récemment un Saoudien s’est même permit de proposer à la vente sur Facebook, un esclave Africain, qu’il décrit comme étant parfaitement obéissant, car bon musulman. De plus il était castré, ce qui est un gage de sécurité.

5-Face à ce projet que C.A DIOP lui même avait disqualifié dans “Les Fondements culturels et économiques d’un Etat Fédéral d’Afrique Noire”, point de vue confirmé récemment par OBENGA dans “l’Etat Fédéral d’Afrique Noire: la seule issue”, tout le camp afrocentriste a choisi de préserver les intérêts du peuple kamite à travers le projet de l’Etat Fédéral d’Afrique Noire, dont les frontières ont été fixées au Nord du continent approximativement sur le tropique du Cancer par C.A DIOP lui même.

6-A l’opposé, le camp anti-kamite est ainsi animé par une dynamique fondée sur la fuite en avant perpétuelle, et le mensonge systématique le plus éhonté pour tenter d’asseoir ses arguments, comme je l’ai démontré dans le cas du BAQT de 652, et du sort qui fut réservé à MARQIZI par Shabazz. Je montrerai prochainement que malheureusement le dernier texte qu’il a publié sur l’Islam et l’esclavage qu’il espérait diriger contre les afrocentristes, n’est une fois encore qu’un tissus de mensonges, de balivernes et d’approximations, qui n’impressionnent que les amateurs. Pourquoi ?

A)- Non seulement la parenté ethnique entre les Sémites et les Kamites n’existe que dans son esprit d’aliéné, mais l’analogie employée ici comme méthode est bien connue en sciences humaines comme étant incapable d’aboutir à des certitudes, car ne possédant pas des qualités discursives.

B)- Ensuite les spécialistes de la période précoloniale comme Pathé DIAGNE ont démontré scrupuleusement, que le concept de JON qui rend compte de l’état de servilité en Afrique Noire s’oppose précisément au concept d’esclavage tel que pratiqué par les Arabes, contre les Noirs. Aussi, les auteurs africanistes que Shabazz convoquent pour établir l’identité entre les concepts arabe et kamite dans la pratique de l’esclavage, sont dans l’erreur, parce qu’ils ne connaissent pas le Mode d’organisation des Négro-Africains comme le démontre magistralement un chercheur Kamite comme Pathé DIAGNE, mais aussi, parce que comme le reconnaît Shabazz lui même, ces africanistes auxquels il a sollicité l’appui contre les afrocentristes, sont notoirement catalogués comme des révisionnistes. Leur opinion sur l’Afrique est donc par essence entachée de suspicion.

C)- Sur le plan des codes sociétaux, le Mode d’organisation des Négro-Africains: le LAMANA, comme le démontre un DIKA AKWA NYA BONANBELA (Cf. “Le Nyambéisme: Pensée et Mode d’organisation des Négro-Africains”) n’a absolument rien à voir avec celui des peuples arabes. Là encore on le verra, même en déployant ses talents de faussaire et de menteur Shabazz ne peut que se casser la figure.

D)- Ce qui signifie donc, que , les archétypes, les représentations et les croyances qui ont donné naissance à ces institutions kamites, différèrent également dans leur principe des croyances et de l’univers mental arabes auxqules Shabazz cherche à les rattacher frénétiquement, et désespérément à n’importe quel prix.

Voilà donc Shabazz ramené à son point de départ, placé devant le miroir de sa conscience, pour lui permettre de sonder son esprit pris dans une tourmente incontrôlable. L’organisation des sociétés humaines, la dynamique et la logique qui les animent relèvent d’une complexité supérieure à celle de la nature physique qui nous entoure. Avant de formuler des hypothèses hasardeuses sur elles, il faut prendre le temps de vérifier que l’on possèdent les compétences requises.

VIE FORCE SANTE

Publicités

Une réflexion sur “PROLEGOMENES A LA REPONSE AU TEXTE DE SHABAZZ SUR : L’ISLAM, L’ESCLAVAGE ET L’AFROCENTRICITE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s